Philippines, une école dans la gestion durable de base communautaire des risques de catastrophe (CBDRM)

Philippines, une école dans la gestion durable de base communautaire des risques de catastrophe (CBDRM)

Le réseau mondial des organisations de la société civile pour la réduction des catastrophes (GNDR) a organisé un atelier de conception du cadre d’évaluation de son nouveau projet sur « l’Institutionnalisation de la gestion durable de base communautaire des risques de catastrophe ». Cette rencontre tenue du 20 au 22 septembre 2017 aux Philippines a été l’occasion pour les parties prenantes du projet de mieux comprendre les facteurs habituels de succès pour l’extension de la gestion durable des risques de catastrophe.

A force de mettre en œuvre des solutions pour faire face aux catastrophes naturelles dont elles sont victimes, les Philippines , sont devenues incontestablement une école dans la gestion durable des risques de catastrophe de base communautaire (CBDRM).

Avec des approches innovantes, les communautés philippines, à travers des initiatives communautaires, ont montré qu’elles possèdent une grande expérience en matière de renforcement de la résilience. C’est sans doute ce qui a inspiré le GNDR, à tenir sa première activité inscrite dans le cadre du projet « Institutionnaliser une gestion durable de base communautaire des risques de catastrophe », dans ce pays d’Asie du Sud-Est constitué d’un archipel de 7 641 îles.

Quezon City, une ville bien préparée aux risques de catastrophe

salle

 

Après de fructueux échanges sur l’institutionnalisation et les indicateurs de durabilité, les partenaires du projet ont été reçus par le bureau de la gestion de la réduction des risques de catastrophe de la ville de Quezon, doté d’un centre des opérations d’urgence et d’un équipement haut gamme pour la réduction des risques de catastrophe. Cette structure avec un mandat légal, joue un rôle de prévention dans la gestion des risques de catastrophe, et fonctionne grâce à un budget annuel de la municipalité.

 

Initiatives communautaires du Village de Banaba

une

Avec l’appui de CDP (Center for Disaster Preparedness fondation, Inc), les associations communautaires ont lancé plusieurs initiatives qui participent à la promotion du développement dans les sites sinistrés.

Rien que dans le village de Banaba, les associations ont créé un centre de recyclage pour faire face à la gestion des déchets, un centre de fabrication de bateaux de sauvetage en fibre, un centre de formation des femmes et de réception des victimes des inondations, sans oublier le système d’alerte précoce (SAP) qui promeut la protection civile dans ce village classé comme le plus vulnérable aux inondations.

Et pour la plupart des acteurs rencontrés, l’importance n’est pas seulement de sauver les populations, mais aussi de trouver un moyen de les autonomiser à travers des activités sociales économiques, comme le recyclage, le compostage etc…

Pour faciliter l’extension de la gestion durable des risques de catastrophe reposant sur la communauté, les Philippines sont une bonne école.

Le GNDR coordinateur de ce projet, a permis à ses 09 partenaires régionaux et nationaux impliqués dans la mise en œuvre du projet à partager leur CBDRM pour mieux comprendre les points communs et les différentes pratiques d’un pays à l’autre.

Ce projet de trois ans financé par l’USAID, est mise en œuvre en Afrique dans trois pays : le Sénégal, le Burkina Faso, le Niger, avec la coordination de Enda Energie.

Ses objectifs sont de faciliter :

  • Une meilleure compréhension des facteurs habituels de succès pour l’extension de la gestion durable des risques de catastrophe de base communautaire.

  • Une meilleure capacité des gouvernements, OSC et autres acteurs à travailler ensemble pour créer les facteurs qui vont favoriser un environnement favorable à la GRC de base communautaire.

  • De meilleurs engagements politiques et une meilleure reddition de compte pour l’extension de la GRC durable de base communautaire.