Les villes de Dakar et Pikine à l’école  de la planification énergétique avec le soutien de l’Initiative « Convention des Maires pour l’Afrique Subsaharienne – CodM SSA »

Les villes de Dakar et Pikine à l’école de la planification énergétique avec le soutien de l’Initiative « Convention des Maires pour l’Afrique Subsaharienne – CodM SSA »

« La planification d’un accès au service énergétique efficient pour tous est un défi pour nos villes africaines qui font face aujourd’hui à une démographie galopante et sont frappées par les impacts des changements climatiques », tels sont les propos de Mme Rokhaya SARR, planificateur Développement Durable de la ville de Dakar venue participer à la formation organisée par la Convention des Maires pour l’Afrique Subsaharienne – CodM SSA à l’intention des villes Africaines au Ghana.

Cette formation professionnelle organisée conjointement par l’Institut de recherche statistique, sociale et économique (ISSER) de l’Université du Ghana, et le Projet de soutien aux municipalités d’Afrique subsaharienne avec des projets de transition d’énergie durable (SAMSET), s’est tenue à Accra du 21-24 juin 2017 avec la participation effective des représentants des villes de Dakar, Kampala, Zhou, Tsévié, Pikine.

Toutes les sessions qui sont proposées dans le cadre de cette formation sont intéressantes selon Mme Rokhaya SARR, qui a animé un panel sur l’expérience pratique de Dakar qui, à travers son plan Climat et Energie prévoit d’améliorer la qualité de vie des populations. « A Dakar, nos efforts sont consentis pour un accès des populations à une meilleure qualité de vie dans un contexte de changement climatique et d’accès à l’énergie peu efficient dans une ville qui concentre plus de 40% de la population globale du Sénégal ».

Pour Madame Bernadette Ssanyu de la ville de Kampala, il faut aujourd’hui aller au delà de la planification et viser l’action. « La ville de Kampala n’a rien à envier aux autres villes présentes ici, nous sommes plus attentifs à la mise en œuvre, nous sommes alors très intéressés par le partage sur les expériences pratiques menées dans les villes », rajoute t-elle.

Pour la partie pratique, les participants ont été invités à faire des exercices de groupes sous la direction des principaux formateurs des institutions partenaires de la CMP SSA : Sustainable Energy for Africa (SEA), Local Governments for Sustainability Africa (ICLEI Africa), Agence Française de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME), Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLUA), Joint Research Center (JRC) de l’Union Européenne et l’ISSER. Il s’agissait d’expérimenter à travers des études de cas tout le processus, de l’idée de projet à la mise en œuvre en passant par la planification. Les participants se sont prêtés au jeu dans une bonne dynamique de groupe.

Selon le Dr Simon Bawakyilleno de l’ISSER.  » Toute initiative d’appui aux villes Africaines sur la problématique de l’accès aux services énergétique efficient doit intégrer le renforcement de capacité mais, plus encore, le partage d’expériences, ce qui justifie les visites de terrains organisées le dernier jour de la formation ».

D’ailleurs ces visites ont permis aux participants d’échanger sur des cas réels d’entreprises engagées dans le recyclage et le stockage de déchets.

La première est une initiative privée de traitement d’eau usée SEWERAGE SYSTEM GHANA LTD qui traite chaque jour environ 2000 M3 d’eaux usée en provenance des fosses septiques des quartiers de Accra. Cette initiative a permis de stopper le déversement des eaux usées dans la mer. Les eaux traitées servent ensuite à la communauté renforçant le réseau d’alimentation en eau de la ville d’Accra.

La seconde initiative visitée est un centre de transit pour traitement des déchets domestiques et médicaux. Les représentants des villes ont pu comprendre la chaine de traitement des déchets qui arrivent sur ce site, comme le disait notre interlocuteur sur place, « ce centre permets juste de faire transiter les déchets. Les ordures collectées sont redirigées ensuite vers d’autres acteurs pour le tri et la valorisation selon le type. En ce qui concerne les déchets médicaux, ils sont traités et rendus stériles avant d’être rejetés afin d’éviter toutes contaminations avec des maladies ».

Les discussions à l’issue de ces visites allaient pour l’essentiel dans le sens de répliquer ces initiatives dans les villes d’origine des participants, qui ont compris le défis au niveau du financement qui n’est pas chose aisée pour les villes, d’où la nécessité pour les villes de se tourner vers les acteurs privés pour faciliter la réalisation de tels ouvrages.

La Convention des Maires pour l’Afrique subsaharienne ambitionne de mettre en place un paquet de services qui soit attrayant pour les villes Sub-Sahariennes dont le renforcement de capacité des villes est nécessaire pour bâtir un réseau de gouvernants locaux capables d’influencer les choix politique en faveur du Développement Durable des villes à l’échelle régionale et internationale.

 

Pour plus d’information sur la Convention des Maires pour l’Afrique Sub-saharienne, veuillez envoyer un email à l’adresse suivante: helpdesk@comssa.org

Suivez nous sur les réseaux sociaux :

Twitter : @CoMOSSAfrica


 

Facebook : Covenant of Mayors Office for Sub-Saharan Africa