17e session du Comité chargé de l’examen de la mise en œuvre de la Convention sur la lutte contre la désertification : La neutralité en matière de dégradation des terres

17e session du Comité chargé de l’examen de la mise en œuvre de la Convention sur la lutte contre la désertification : La neutralité en matière de dégradation des terres

La dix-septième session du Comité chargé de l’examen de la mise en œuvre de la Convention sur la lutte contre la désertification (CRIC17) se tient à Guyana du 28 au 30 janvier 2019.

Elle a été précédée les 25 et 26 janvier 2018 par une série de formations initiées par la Soil Leadership Academy sur la neutralité en matière de dégradation des terres, le genre et la gestion des terres et les tempêtes de sable et la sécheresse.

Pour cette présente session, le Comité est chargé, entre autres d’évaluer au regard des objectifs stratégiques la mise en œuvre de la Convention et d’examiner les informations relatives aux flux financiers destinés à la mise en œuvre de la Convention.

A l’ouverture du CRIC 17, la société civile a relevé à travers une allocation d’ouverture, ses priorités à considérer comme recommandations par le Comité et comme décisions par la prochaine COP14. Il s’agit essentiellement de:

– Avoir une plus grande reconnaissance de la contribution des initiatives développées par les communautés par les décideurs et institutions financières pour réaliser la neutralité en matière de dégradation des terres (NDT).

– Améliorer la sécurité foncière des communautés en général, et plus particulièrement des femmes et des jeunes, par le biais d’une décision à la prochaine COP de la Convention en conformité avec les directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale (VGGT).

– Renforcer la participation et les capacités de la société civile, dans les processus décisionnels relatifs à la définition des objectifs de neutralité en dégradation des terres et aux plans nationaux de lutte contre la sécheresse afin de garantir la durabilité.

– Garantir l’accès à des sources de financement appropriées pour les initiatives communautaires transformatrices visant à réaliser la NDT et les organisations de la société civile qui les soutiennent.

119 pays ont contribué à fixer des objectifs de Neutralité en matière de dégradation de terre et 44 pays ont participé à l’initiative sur la sécheresse en élaborant des plans nationaux sur la sécheresse.

La société civile a recommandé lors de ce dialogue de:

  • renforcer les capacités afin de faciliter les rapports de toutes les parties prenantes, en particulier de la société civile, des peuples locaux et autochtones, qui développent et mettent en œuvre diverses initiatives de NDT sur le terrain.
  • rendre plus accessible les procédures et système de rapportage aux principales parties prenantes, notamment à la société civile.
  • créer dans le cadre du processus de NDT, une communauté de pratique réunissant des scientifiques, des représentants des gouvernements, des organisations de la société civile, des praticiens, des agriculteurs, des pasteurs, des communautés locales, etc. Les expériences et connaissances générées sur la NDT devraient être utiles aux communautés pour leur permettre de faire face à la sécheresse, lutter contre la désertification et accroître leur résilience.

Emmanuel Seck, ENDA Energie, intervenant au nom de la société civile sur les objectifs stratégiques NDT

Les dialogues interactifs sur le plan d’action Genre et l’identification des opportunités de financements innovants pour lutter contre la dégradation des terres se poursuivent le second jour du CRIC.

 

 

Tagged with: